Perspectives pour un monde meilleur
Menu
La Nouvelle Alliance - Abolit-elle la loi de Dieu ?
Le Contenu
Les Formats

Les dix commandements : éléments clés de la loi d’amour

Les dix commandements : éléments clés de la loi d’amour

Qu’est-ce que l’amour ? La plupart des gens pensent que l’amour est un sentiment affectif très fort que l’on éprouve envers une autre personne. Dans une certaine mesure cette définition est vraie. Cependant, « l’amour » dont parle le plus souvent la Bible, c’est l’altruisme que l’on a pour les autres. Ce dernier se démontre par nos actions (1 Jean 3:18). Étant démontré par nos actions, il est beaucoup plus grand et plus significatif que le sentiment pur et simple. Les Écritures nous disent que « Dieu est amour » (1 Jean 4:8 ; 1 Jean 4:16), et que Ses lois, en particulier celles résumées dans les dix commandements, nous montrent les actes qui témoignent de l’amour envers les autres – premièrement envers vers Dieu (exprimé dans les quatre premiers commandements), puis envers notre prochain (exprimé dans les six derniers).

Il fut demandé à Jésus-Christ de nommer le plus grand des commandements : « Jésus répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. » (Matthieu 22:37-40)

Dans ce passage, Jésus cite Deutéronome 6:5 et Lévitique 19:18. Ces deux commandements résument les dix commandements et toute la loi de Dieu, car les autres instructions divines découlent de ces deux grands commandements.

Voyons brièvement la manière dont les dix commandements démontrent les actions qui témoignent de notre amour envers notre Créateur et envers notre prochain.

Les commandements nous montrent comment aimer Dieu

Le premier commandement « Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face » (Exode 20:3), explique que nous devons aimer, honorer et respecter notre Créateur et Père céleste parce que, Lui seul, représente l’autorité suprême dans nos vies. Lui seul est Dieu, et nous ne devrions pas permettre que quelque chose nous empêche de Le servir et de Lui obéir. Dieu est notre créateur et notre soutien. Il nous a tout donné et Il veut que nous reconnaissions qu’Il est la source de toutes bonnes choses et de toutes les instructions qui nous permettent de vivre correctement. Le deuxième commandement interdit le culte des idoles (Exode 20:4-6). Ce commandement nous dit que dans notre façon d’adorer Dieu, il ne faut pas Le réduire à un objet physique qui Lui ressemble. Le représenter, déforme et limite notre perception de ce qu’Il est vraiment et, ainsi, déforme et endommage notre relation avec Lui. Dieu est bien plus grand que tout ce que nous pouvons voir ou imaginer, et l’idolâtrie Le limite dans nos esprits.

Le troisième commandement dit : « Tu ne prendras point le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain » (Exode 20:7). Ce commandement met l’accent sur notre respect envers notre Créateur. La qualité de notre relation avec Dieu dépend de l’amour et du respect que nous avons pour Lui. Nous sommes censés honorer qui Il est et ce qu’Il est, en ne Lui manquant jamais de respect en parole ou en action.

Le quatrième commandement nous rappelle Son jour du sabbat pour le sanctifier (Exode 20:8-11). Il est la clé pour une relation juste et étroite avec Dieu. En observant Son sabbat, nous nous souvenons chaque semaine qu’Il est notre Créateur et la source de toutes bonnes choses. Le jour du sabbat est également un avant-goût de Son Royaume à venir, lorsque toute l’humanité aura enfin la possibilité d’apprendre Ses voies et d’avoir une relation personnelle avec Lui.  Le jour du sabbat est le repos de notre travail quotidien, une assemblée commandée, un moment pour rencontrer d’autres personnes qui partagent les mêmes pensées et pour apprendre davantage sur la voie de Dieu par l’intermédiaire de Son ministère.

Les commandements qui nous montrent comment aimer notre prochain

Le cinquième commandement : « honore ton père et ta mère » (Exode 20:12), donne le ton aux six derniers. Il traite de l’importance d’être instruit sur la manière de traiter les autres êtres humains, les respecter et les honorer. Apprendre à obéir à ce commandement aide les enfants à établir un modèle de vie, à respecter les règles, les traditions, les principes et les lois. Honorer les autres devrait être normal, une habitude naturelle enseignée pendant la jeunesse, ce qui conduit à de solides familles et bien sûr à une société forte et stable.

Le sixième commandement interdit le meurtre (Exode 20:13), il nous dit que la vie est un précieux cadeau qui doit être valorisé et respecté. Jésus-Christ a amplifié la signification du mot « tuer » pour y inclure l’animosité, le mépris, la haine ou l’hostilité envers les autres (Matthieu 5:21-22). Dieu veut que nous allions au-delà du fait de ne pas tuer une personne. Il veut que nous soyons des constructeurs de bonnes relations et non pas des destructeurs.

Le septième commandement, nous dit de ne pas commettre l’adultère (Exode 20:14), il est conçu pour protéger un des plus grands dons de Dieu à l’humanité, la relation conjugale. Il constitue la base des familles fortes qui sont les piliers de la société. Obéir à ce commandement aide à éviter les douleurs et la souffrance qui s’abattent sur les individus et les sociétés à cause des relations brisées, des foyers désunis, des maladies sexuellement transmissibles, de la pauvreté et de tant d’autres maux. Il renforce une des plus grandes bénédictions de Dieu à l’humanité.

Le huitième commandement interdit le vol (Exode 20:15), il nous montre que nous devons respecter et apprécier les droits et les besoins des autres. Dieu nous accorde beaucoup de bénédictions physiques, mais elles ne devraient jamais être notre but premier dans la vie. La bataille contre l’égoïsme commence dans le cœur, notre priorité devrait se trouver dans le don et le service envers les autres avant de chercher à accumuler et à amasser des possessions pour nous-mêmes.

Le neuvième commandement interdit les faux témoignages (Exode 20:16). Ce commandement nous aide à comprendre que Dieu s’attend à ce que la vérité imprègne nos vies à tous les niveaux. Des relations respectueuses et sincères avec les autres sont pratiquement impossibles si la vérité et l’honnêteté ne sont pas à la base de nos échanges. En tant qu’enfants de Dieu, Dieu veut que nous nous impliquions dans la vérité et qu’elle reflète dans toutes nos actions.

Le dixième commandement, nous dit de ne pas convoiter (Exode 20:17). Ce commandement touche le cœur et l’esprit de chaque être humain. Comme pour les neuf autres commandements, celui-ci concerne nos relations avec autrui. Il traite plus particulièrement du respect des biens d’autrui, du respect des relations de couple, et des pensées de convoitise pouvant potentiellement offenser notre prochain ou nous-mêmes. Ce commandement vise à réprimer les désirs qui nous tentent et nous égarent. Dieu veut que nous fassions preuve d’altruisme plutôt que d’être concentrés sur nos propres envies.

Une loi qui enseigne l’amour de Dieu

Les dix commandements révèlent des attitudes et des actions montrant comment aimer Dieu et notre prochain. C’est pourquoi l’apôtre Jean nous dit que « l’amour de Dieu est véritablement parfait en celui qui garde sa parole » et « nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements. » (1 Jean 2:5 ; 1 Jean 5:2)

Les dix commandements résument très bien l’amour de Dieu. (Pour mieux comprendre comment ils nous enseignent à aimer Dieu et notre prochain, vous pouvez demander ou télécharger gratuitement notre brochure intitulée « Les Dix Commandements ».)

Ceux qui prétendent que les dix commandements ont été en quelque sorte abolis ou qu’ils ont disparu devraient se poser la question suivante : Pourquoi Dieu aurait-Il aboli une loi qui définit la manière dont nous devons l’aimer, Lui et notre prochain ?

© 1995-2022 United Church of God—Canada et l'Église de Dieu Unie, association internationale
Toute reproduction, partielle ou totale, sans permission, est interdite. Pour toute correspondance et toute question, s’adresser à info@pourlavenir.ca.

To Top