Perspectives pour un monde meilleur
Menu
La Nouvelle Alliance - Abolit-elle la loi de Dieu ?
Le Contenu
Les Formats

Dieu pose-t-Il des conditions pour Son don de la vie éternelle ?

Dieu pose-t-Il des conditions pour Son don de la vie éternelle ?

Dans Éphésiens 2:8-9, Paul explique : « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » La vie éternelle, c’est le résultat de la grâce de Dieu. C’est un don qu’Il nous fait, que nous ne méritons pas et qui nous est offert. Personne ne pourra jamais se vanter de l’avoir gagné, ou de l’avoir mérité. Mais que faisons-nous donc ou que ne faisons-nous pas pour recevoir ce don merveilleux ? S’il existe un expert en matière de vie éternelle, c’est bien Jésus-Christ. Après tout, c’est grâce à Lui que nous la recevons. Dans Hébreux 5:7-9, Jésus est l’auteur de notre salut : « Il a appris, bien qu’il soit Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes ; après avoir été élevé à la perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel ». Puisque le salut est un don de Dieu, que signifie ce passage quand Il parle de « salut éternel pour tous ceux qui lui obéissent » ? Si nous devons accomplir quelque chose pour accéder au salut de Dieu, comment peut-on dire qu’il s’agit d’un don ?

Les dons peuvent avoir des conditions

La Bible nous montre que pour recevoir le salut, Dieu veut que certaines conditions soient présentes. Certaines d’entre elles nous permettent de recevoir ce don, tandis que d’autres nous empêchent de le recevoir. Utilisons une analogie : si quelqu’un veut vous offrir un billet de 100 € à condition de lui envoyer une enveloppe timbrée à votre nom et adresse, ce serait un don. Toutefois, si vous ne lui envoyez pas l’enveloppe, vous ne recevrez rien. Vous pourriez alors vous plaindre, mais vous ne recevrez toujours pas le don parce que vous n’avez pas rempli les conditions. D’autre part, si vous envoyez l’enveloppe requise et si vous recevez le billet de 100 €, vous ne l’avez pas pour autant mérité. Vous avez simplement rempli les conditions requises. Le fait que le don soit soumis à des conditions ne change en rien le fait que ce soit un don.

Puisque Jésus est l’auteur de notre salut, examinons quelques-unes de Ses déclarations nous disant ce qu’il convient de faire pour recevoir ce don.

Que devons-nous faire ?

Dans Matthieu 7:21 Jésus dit : « Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur ! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » Il est clairement dit qu’il ne suffit pas de reconnaitre que Jésus-Christ est notre Seigneur et Maître en disant « Seigneur, Seigneur ». Pour hériter le Royaume, nous devons faire quelque chose. Nous devons faire la volonté du Père, comme cela est clairement indiqué. Jésus veut que nous comprenions que la vie éternelle est bien plus qu’une simple acceptation mentale. Notre conviction en notre Sauveur doit être bien plus qu’une simple pensée, chaleureuse et réconfortante ou qu’un concept intellectuel. Jésus dit bien que prononcer simplement Son nom ou reconnaitre qu’Il est notre « Seigneur » ne suffit pas.

Un jour, un jeune homme riche demanda à Jésus comment il pourrait recevoir la vie éternelle. « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » demanda le jeune homme (Matthieu 19:16). La réponse du Christ, au verset 17, pourrait choquer certains qui pensent que l’obéissance à la loi de Dieu est inutile. Jésus répondit : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. » Jésus ne lui dit pas qu’il lui suffisait de simplement croire en Dieu ou en Lui-même. Il dit au jeune homme qu’il devait obéir aux commandements de Dieu afin de recevoir le don de la vie éternelle.

Comme l’apôtre Jacques le souligne, la croyance est inutile, si elle n’est pas accompagnée d’actions et d’obéissance : « Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent » (Jacques 2:19).

Il poursuit en expliquant que la foi – croire et avoir confiance en Dieu – et l’obéissance vont de pair : « Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile ? Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les œuvres, lorsqu’il offrit son fils Isaac sur l’autel ? Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres, et que par les œuvres la foi fut rendue parfaite. » (Versets 20-22) Jacques explique que les œuvres de notre obéissance, résultat de notre foi, maintiennent notre relation avec Dieu et conduisent à une foi et à une obéissance plus grande, comme l’exige Dieu.

Baptême et imposition des mains

Jésus pose une autre condition au don de la vie éternelle dans Marc 16:16 : « Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. » Le baptême par immersion – une immersion complète – est un acte symbolique représentant la mort de notre vieil homme et le début d’une nouvelle vie de service envers Dieu, redoublant d’efforts pour ne pas pécher (Romains 6:1-23). Le baptême est suivi de l’imposition des mains qui nous donne l’Esprit de Dieu. Cela nous permet de vraiment Lui appartenir (Actes 8:17 ; Romains 8:9). Sans donner notre vie à Dieu lors du baptême et sans l’imposition des mains pour recevoir Son Esprit, il nous serait impossible de répondre, consciemment ou inconsciemment – aux conditions pour recevoir Son don du salut. A ceux qui mettent de côté ces instructions bibliques importantes, Jésus répond : « Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! et ne faites-vous pas ce que je dis ? » (Luc 6:46)

Dans Matthieu 10:22, Jésus donne une autre condition à remplir pour recevoir le don du salut : « Celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. » Nous pouvons perdre le salut si nous ne persévérons pas jusqu’à la fin. Une fois que nous nous sommes engagés à obéir à Dieu, que nous nous soumettons à Lui, il nous faut alors garder le cap jusqu’à la fin et ne pas regarder en arrière (Luc 9:62 ; 1 Corinthiens 9:27).

Gratuit, mais pas bon marché

Vous avez probablement entendu l’expression, « Le salut est gratuit, mais il n’est pas bon marché ». Le don divin de la vie éternelle a coûté la vie de Jésus-Christ. Lui, le Fils de Dieu, a volontairement cédé Sa vie pour que nous puissions recevoir le merveilleux don de la vie éternelle. Mais en retour, Il s’attend à ce que nous Lui cédions la nôtre. « Si quelqu’un vient à moi, sans me préférer à son père, à sa mère, à sa femme, à ses enfants, à ses frères, et à ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple. Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple. » (Luc 14: 26-27).

Notre amour et notre engagement envers Jésus-Christ et Dieu le Père doivent être plus importants pour nous que tout autre relation. Chacun de nous doit porter sa « croix », et suivre fidèlement Jésus, même dans les défis les plus difficiles de la vie. Les versets 28-33 reflètent cette pensée. Ils nous demandent de bien peser le fait qu’accepter le don de la vie éternelle a un prix. Il est bien plus élevé que ce que nous pourrions imaginer. « Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple. » (Verset 33)

Jésus donna Sa vie pour nous, nous devons en retour être prêts à donner la nôtre pour Le suivre. Pour mieux comprendre cet engagement et les merveilleuses bénédictions qui en découlent, demandez notre brochure gratuite « Qu’est-ce que la conversion ? ».

© 1995-2022 United Church of God—Canada et l'Église de Dieu Unie, association internationale
Toute reproduction, partielle ou totale, sans permission, est interdite. Pour toute correspondance et toute question, s’adresser à info@pourlavenir.ca.

To Top