Perspectives pour un monde meilleur
Menu
Croyance Fondamentales de l��glise de Dieu Unie, Association Internationale

Comment Dieu Se révèle-t-Il?

Dieu proposa à l'ancien Israël une relation avec Lui, mais Israël refusa. Au mont Sinaï, le peuple L'implora de garder Ses distances.

Si Dieu est réel, pourquoi ne Se révèle-t-Il pas à nous d'une manière qui effacerait le moindre doute de Son existence ?

En fait, Il S'est révélé un grand nombre de fois. Des témoignages de Ses contacts et de Ses conversations avec des êtres humains ont été préservés pour nous dans la Bible. Ces témoignages documentés satisfont-ils les sceptiques et les moqueurs ? Ils ne les ont jamais satisfaits, et ils ne les satisferont jamais.

Si Dieu relevait le défi de toujours devoir prouver Son existence, que Lui faudrait-Il faire ? Aurait-il fallu qu'Il apparaisse personnellement à chaque être humain ayant vécu, et qu'Il accomplisse des miracles pour chacun d'eux ? Agir ainsi n'aurait sans doute toujours pas suffi à satisfaire tout le monde.

Plutôt que de procéder ainsi, Dieu a décidé il y a longtemps de nous fournir des preuves solides – sous la forme de Ses ouvrages, de témoignages humains et de prophéties accomplies – qu'Il est le Créateur vivant et intelligent de l'univers. Ces preuves sont indiscutables, puissantes et raisonnables pour ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre. Mais tous ont le choix. Ces preuves, nous pouvons les accepter, ou nous moquer d'elles.

Dieu Se révèle Lui-même

Examinons le récit des révélations du Créateur Dieu aux hommes.

L'Eternel marcha avec Adam et Ève et leur parla. Pendant leur relation intime avec Lui, Il leur donna des instructions précises (Gen. 2:15-17; 3:2-3). Pourtant, ils décidèrent de Lui désobéir et cherchèrent même à se cacher (Gen. 3:8-10).

Plus tard, Dieu prit le temps de raisonner avec leur fils Caïn à propos de sa colère égoïste et injustifiée (Gen. 4:5-7). Caïn rejeta les conseils divins et assassina son frère Abel (verset 8). Plutôt que de regretter sincèrement ce qu'il avait fait, Caïn « s'éloigna de la face de l'Éternel » (versets 9-16).

Dieu parla avec le fidèle Noé (Gen. 6:13). Ce dernier était différent de tous les autres à qui l'Éternel apparut. Il suivit les instructions divines (Gen. 7:5). Il en fut de même pour Abraham, à qui Dieu apparut et avec qui Il eut plusieurs conversations, en diverses occasions (Gen. 12:1,7; 13:14; 17:1-3).

Le fait que Dieu ait été disposé à Se faire connaître à Moïse et au peuple de l'ancien Israël est particulièrement important : « L'Éternel parlait avec Moïse face à face, comme un homme parle à son ami » (Ex. 33:11). Le Tout-Puissant essaya d'établir des rapports identiques avec les Israélites. Moïse écrivit ce qui se produisit : « L'Éternel vous parla face à face sur la montagne, du milieu du feu. Je me tins alors entre l'Éternel et vous, pour vous annoncer la parole de l'Éternel; car vous aviez peur du feu, et vous ne montâtes point sur la montagne » (Deut. 5:4-5). Ils supplièrent l'Éternel de prendre Ses distances. Ils ne voulurent même pas entendre Sa voix : « Tout le peuple entendait les coups de tonnerre et le son de la trompette; il voyait les flammes de la montagne fumante. À ce spectacle, le peuple tremblait, et se tenait dans l'éloignement. Ils dirent à Moïse : Parle-nous toimême, et nous écouterons, mais que Dieu ne nous parle point, de peur que nous mourrions » (Ex. 20:18-19).

L'Éternel voulait impressionner le peuple par Sa gloire, afin qu'ils sachent que ses lois doivent être respectées. Mais le peuple prit cela pour une menace. Les enfants d'Israël demandèrent que, dorénavant, Dieu Se révèle à eux seulement par l'intermédiaire de Son prophète.

Depuis lors, Dieu a honoré cette demande. Il Se fit connaître à l'ancien Israël par Ses prophètes, qu'Il appela et choisit. Il les envoya pour avertir Son peuple et pour l'encourager à Lui être fidèle. Mais le message de Ses serviteurs tomba dans des oreilles de sourds. Le peuple martyrisa cruellement nombre de Ses prophètes.

Dieu permet à l'homme de choisir

Il n'était pas dans les intentions divines de se cacher et de passer pour inaccessible. C'est ce que l'humanité a choisi.

Dès le début de l'existence humaine, Dieu a donné aux hommes la liberté de choix. Il nous permet de choisir si nous voulons Le croire, accepter la connaissance qu'Il nous révèle, ou non.

L'Éternel ne força pas Adam et Ève à suivre Ses instructions. Ils décidèrent, en toute liberté, de ne pas s'y conformer. L'humanité a ressenti les répercussions de cette décision, chargée de conséquences, depuis lors.

Et Dieu n'obligea pas non plus l'ancien Israël à Lui obéir. Il est clair qu'Il offrit un choix aux Israélites. « J'en prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre: j'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives » (Deut. 30:19).

Ils avaient tous, de leurs propres oreilles, entendu Dieu réciter les Dix Commandements du Sinaï. Ils avaient été témoins de nombreux miracles lors de leur voyage depuis l'Egypte. Et pourtant, les Israélites oublièrent vite les preuves, et décidèrent de rejeter la voie et les bénédictions que Dieu leur avait offertes (voir aussi Deut. 31:27).

L'humanité n'a cessé de se détourner de la révélation divine, préférant la voie menant tout compte fait aux malédictions et à la mort (Prov. 14:12; 16:25). Rien n'a changé. Les deux mêmes choix s'offrent à nous: Croire en Dieu et obéir à Ses lois, ou désobéir.

Des siècles après que l'ancien Israël se soit égaré, Le Tout-Puissant n'obligea pas les concitoyens de Jésus à L'accepter comme le Messie promis et le Fils de Dieu. Bien qu'ayant assisté à des miracles incroyables prouvant Sa puissance, la plupart ne Le crurent toujours pas. Ils eurent la même réaction que leurs ancêtres.

Après plusieurs années passées à voir le Christ accomplir de nombreux miracles étonnants, y compris le fait de nourrir plusieurs milliers de personnes (Matth. 14:13-21 ; 15:30-38), 120 personnes seulement furent suffisamment convaincues pour former le noyau de Son Église (Actes 1:15) – bien qu'Il en ajouterait bien plus par la suite.

Un autre incident révélateur fut la réaction des gens lorsque Jésus ressuscita Lazare des morts (Jean 11). Les responsables se réjouirent-ils de ce que Jésus avait ressuscité un homme ? Aucunement! Ils « délibérèrent de faire mourir aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs se retiraient d'eux à cause de lui, et croyaient en Jésus » (Jean 12:10-11).

Refusant de reconnaître que cette résurrection miraculeuse était un signe de Dieu, les ennemis du Christ décidèrent de détruire cette preuve en complotant d'assassiner l'innocent Lazare. En l'espace de quelques jours, ils réussirent à faire exécuter Jésus de Nazareth.

Les gens aiment à penser qu'ils sont objectifs, qu'ils ne s'opposeraient pas à la vérité et n'auraient pas de préjugés. Pourtant, plusieurs de ceux qui avaient entendu parler des miracles de Jésus crièrent plus tard qu'on répande Son sang. Jésus fit remarquer que certains d'entre eux étaient tellement endurcis à l'égard de Dieu qu'ils ne se laisseraient pas même persuader si quelqu'un ressuscitait des morts (Luc 16:31).

La nature humaine n'a guère changé. La même subjectivité et les mêmes préjugés demeurent aussi profondément enracinés en cette ère moderne. Il n'est guère réjouissant de songer au fait qu'une portion significative de l'humanité endurcit ses pensées à l'égard de Dieu. Pourtant, c'est ce qui se passe (II Pi. 3:5). Et c'est facile à expliquer. La façon de penser des hommes est, par nature, fondamentalement hostile à Dieu (Rom. 8:7). Par conséquent, un intellect influencé par cette attitude est plus que disposé à trouver des raisonnements évitant les preuves de Son existence.

La preuve de l'existence de Dieu

Dieu a-t-Il jamais fourni aux êtres humains la preuve absolue, indéniable, de Son existence ? Produira-t-Il une telle preuve à l'avenir ? La réponse à ces deux questions est un oui emphatique.

Lorsque l'Éternel fit sortir l'ancien Israël d'Egypte, Il accomplit maints miracles spectaculaires prouvant Son existence, Sa puissance, et Sa maîtrise des lois de la nature. « L'Éternel dit à Moïse : Va vers Pharaon, car j'ai endurci son cœur et le cœur de ses serviteurs, pour faire éclater mes signes au milieu d'eux. C'est aussi pour que tu racontes à ton fils et au fils de ton fils comment j'ai traité les Égyptiens, et quels signes j'ai fait éclater au milieu d'eux. Et vous saurez que je suis l'Éternel » (Ex. 10:1-2).

Cette preuve, ils l'avaient, mais ils l'oublièrent bien vite. « Ils firent un veau en Horeb, ils se prosternèrent devant une image de métal fondu...Ils oublièrent Dieu, leur sauveur, qui avait fait de grandes choses ... » (Ps. 106:19-22).

Par la suite, Dieu leur donna la preuve qu'Il est Dieu, par la bouche de Ses prophètes. L'accomplissement de prophéties prouve puissamment la réalité divine. Il déclare: « Car je suis Dieu, et il n'y en a point d'autre, je suis Dieu, et nul n'est semblable à moi. J'annonce dès le commencement ce qui doit arriver, et longtemps d'avance ce qui n'est pas encore accompli... » (Ésa. 46:9-10). Dieu seul peut prévoir avec précision de grandes calamités, l'apparition et la chute d'empires – et même la fin de cette ère – et faire s'accomplir Ses prophéties.

Les prophéties bibliques constituent l'une des preuves divines facilement vérifiables. L'un des moyens les plus simples de vérifier leur véracité est d'examiner l'exactitude des prophéties relatives à la naissance, à la vie et à la mort de Jésus-Christ. Plusieurs centaines d'années avant Sa naissance, des détails étonnants concernant ces aspects de Sa vie furent révélés aux prophètes hébreux. L'exactitude et la précision de ces détails confirment avec puissance la véracité des prophéties bibliques et l'existence de Celui qui les a inspirées.

Les prophéties de Daniel qui se sont déjà accomplies sont tellement détaillées et précises que la confirmation de leur exactitude nous fournit, elle aussi, la preuve irréfutable de l'existence et de la véracité de Dieu.

D'autre preuves pour bientôt

Dieu a promis que l’heure vient – quand personne ne s'y attendra – où le monde entier sera témoin des mêmes preuves miraculeuses de Son existence que celles qu'Il donna en Égypte.

Cette intervention, à venir, dans les affaires humaines, sera sans équivoque. Tout œil verra le Christ lorsqu'Il reviendra (Apoc. 1:7, à comparer avec Matth. 24:27-30). Nous vous proposons, à cet effet, notre brochure gratuite intitulée : Vivons-nous au temps de la fin ?

© 1995-2024 United Church of God—Canada et l'Église de Dieu Unie, association internationale
Toute reproduction, partielle ou totale, sans permission, est interdite. Pour toute correspondance et toute question, s’adresser à info@pourlavenir.ca.

To Top