Perspectives pour un monde meilleur
Menu
L'Apocalypse d�voil�e

Plusieurs clefs pour comprendre l'Apocalypse

L’Apocalypse contient un grand nombre de clefs fondamentales nécessaires à cette compréhension, et - inversement -- le livre de Daniel fournit des clefs permettant de comprendre le livre de l’Apocalypse.

Quels sont les objectifs de l�Apocalypse ? Son nom signifie � r�v�ler, d�voiler, ouvrir � la compr�hension quelque chose qui, autrement, ne pourrait �tre compris �. On croit g�n�ralement que ce dernier livre de la Bible est totalement incompr�hensible, que son langage et ses symboles sont trop d�concertants pour rev�tir un sens quelconque.

Or, l�Apocalypse place une grande partie des proph�ties plus anciennes de la Bible dans un contexte compr�hensible, et r�v�le un plan d�ensemble bien n�cessaire pour les proph�ties relatives � la fin du monde. Cela, elle l�accomplit en partie gr�ce � l�utilisation de symboles et au moyen d�un langage figuratif li� directement � certains des autres �crits proph�tiques.

C�est ainsi que le livre proph�tique de Daniel se sert d�un langage et de symboles similaires. Une grande partie de ses visions et de son langage est clairement expliqu�e. Mais Dieu r�v�le � Daniel que le sens des autres visions et des autres d�clarations demeurera myst�rieusement obscurci jusqu�au temps de la fin. � cette �poque-l�, elles deviendront compr�hensibles � leur tour.

L�Apocalypse contient un grand nombre de clefs fondamentales n�cessaires � cette compr�hension, et - inversement -- le livre de Daniel fournit des clefs permettant de comprendre le livre de l�Apocalypse.

Notez ce que d�clare Daniel � propos de l�une de ses visions : � J�entendis, mais je ne compris pas; et je dis: Mon seigneur, quelle sera l�issue de ces choses? Il r�pondit: Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secr�tes et scell�es jusqu�au temps de la fin � (Daniel 12:8-9, c�est nous qui soulignons).

�tablissons le contraste entre ces propos et l�objectif divin du livre de l�Apocalypse. Dieu le P�re a donn� les proph�ties qu�il contient � Son Fils J�sus-Christ. Il les a transmises � Christ sous la forme d�un livre, ou d�un rouleau de parchemin, scell� de sept sceaux (Apocalypse 5:1). Toutefois, comme l�indique l�ap�tre Jean - qui a �crit ce livre sous l�inspiration divine -- au dernier chapitre, un ange lui ordonne express�ment: � Ne scelle point les paroles de la proph�tie de ce livre � (Apocalypse 22:10).

Jean explique que Dieu le P�re a communiqu� � Christ la plus grande partie du livre de l�Apocalypse sous la forme d�un rouleau de parchemin scell� de sept sceaux. J�sus rompt ces sceaux et ouvre le livre.

� Puis je vis dans la main droite de celui qui �tait assis sur le tr�ne [Dieu le P�re] un livre �crit en dedans et en dehors, scell� de sept sceaux. Et je vis un ange puissant, qui criait d�une voix forte : Qui est digne d�ouvrir le livre, et d�en rompre les sceaux ? Et personne dans le ciel, ni sur la terre, ni sous la terre, ne put ouvrir le livre ni le regarder... Et l�un des vieillards me dit : Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux � (Apocalypse 5:1-5).

Voil� la clef permettant de comprendre le livre : J�sus seul peut � d�-sceller � le sens de ses symboles, de ses visions et de ses descriptions. Le premier verset du livre annonce qu�il s�agit de la � r�v�lation de J�sus-Christ, que Dieu lui a donn�e... � (Apocalypse 1:1). Christ en r�v�le donc le sens. Il rompt ses sceaux. Toutefois, quelle proc�dure suit-Il pour nous en r�v�ler le sens ?

Nous devons tenir compte de deux facteurs cruciaux : Premi�rement, les clefs permettant de � d�-sceller � le sens des sept sceaux doivent �tre expliqu�es par J�sus Lui-m�me, par Ses propres paroles.

Deuxi�mement, la Bible nous dit que � Toute �criture est inspir�e de Dieu � (2 Timoth�e 3:16). Par cons�quent, nous pouvons nous attendre � trouver l�explication de certains symboles dans le livre de l�Apocalypse, et dans d�autres parties de la Parole inspir�e de Dieu.

Si nous nous basons sur l�interpr�tation que la Bible fournit elle-m�me de ses propres symboles et de son langage figuratif, nous pouvons �tre certains que notre compr�hension s�appuiera sur la Parole inspir�e de Dieu plut�t que sur nos propres opinions (2 Pierre 1:20). Convenons-en : il est question, dans le livre de l�Apocalypse, de connaissance r�v�l�e !

N�oublions pas ceci : Dieu dit � Daniel que plusieurs des visions qu�il re�oit sont scell�es, vont demeurer incompr�hensibles jusqu�au temps de la fin. Mais Il ajoute : � Plusieurs seront purifi�s, blanchis et �prouv�s; les m�chants feront le mal, et aucun des m�chants ne comprendra, mais ceux qui auront de l�intelligence comprendront � (Daniel 12:10). Au temps de la fin, selon Dieu, ceux qui auront de l�intelligence - les sages - comprendront donc ces proph�ties.

Aux yeux de Dieu, qui sont les sages ?

Ceux qui tournent en d�rision l�id�e que la Bible est divinement inspir�e aiment � penser que ses symboles sont contradictoires et d�routants; ils ne leur attribuent aucune valeur. Ridiculisant l�id�e de l�inspiration divine, ils ne comprennent rien des proph�ties. Ils choisissent d�ignorer ce que Dieu d�clare sur l�avenir (2 Pierre 3:3-7).

Or, l��ternel d�clare que ceux qui Le respectent et qui gardent Ses commandements sont vraiment sages. Comme le dit l��criture : � La crainte de l��ternel est le commencement de la sagesse; ceux qui observent ses lois sont vraiment sages � (Psaumes 111:10, version Synodale). Il est aussi �crit : � Le t�moignage de l��ternel est v�ritable, il rend sage l�ignorant � (Psaumes 19:8).

L�Apocalypse nous fournit une grande partie des clefs permettant de comprendre les proph�ties parce qu�elle respecte le principe selon lequel la Bible s�interpr�te elle-m�me. Par cons�quent, seuls ceux qui croient que la Bible est inspir�e de Dieu et qui se fient � ses d�clarations peuvent comprendre le sens de ce qui est r�v�l� dans l�Apocalypse.

Une partie de la compr�hension a d�but� du temps des ap�tres. L�un des objectifs d�clar� de l�Apocalypse �tait de r�v�ler aux serviteurs de Dieu � les choses qui doivent arriver bient�t � (Apocalypse 1:1). De ce fait, certains aspects de ce livre s�appliquent directement aux chr�tiens des derniers jours de l�ap�tre Jean. Christ dit � Jean (verset 19) : 1) � �cris donc ce que tu as vu � -- ses visions et leurs symboles d�routants; 2) � ce qui est � -- certaines informations relatives � l��glise de l��poque; et 3) � ce qui doit arriver ensuite �

Avant d�examiner les clefs de l�avenir, nous devons comprendre les circonstances dans lesquelles ce livre proph�tique fut confi� � l�ap�tre Jean.

Le cadre politique et religieux de l�Apocalypse

Au sein de l�ancien Empire Romain, la chr�tient� d�buta dans une �re de paix relative. Les empereurs de l��poque adoptaient g�n�ralement une politique lib�rale de tol�rance religieuse, ce qui permit aux chr�tiens primitifs d��vang�liser loin et en profondeur, tant dans l�Empire qu�audel�.

Mais la situation se mit � changer. Les Romains introduisirent, et appliqu�rent, le culte de l�empereur dans l�Empire. Les chr�tiens se trouv�rent subitement dans une situation intol�rable. J�sus - et non l�empereur - �tait leur Seigneur. Ils savaient que l��criture interdit l�adoration de quelque chose ou de quelqu�un d�autre que le vrai Dieu et Son Fils J�sus-Christ. On ne tarda pas � exercer sur eux de dures pressions pour qu�ils participent aux f�tes, aux jeux et aux c�r�monies honorant l�empereur comme un dieu.

Leur refus de participer au culte imp�rial les pla�a en conflit direct avec les autorit�s, � tous les niveaux de la hi�rarchie romaine. Lorsque l�Apocalypse fut r�dig�e, un certain nombre de chr�tiens avaient d�j� �t� ex�cut�s � cause de leurs croyances. Antipas est mentionn� comme un martyr, r�cent � l��poque (Apocalypse 2:13). Les chr�tiens, partout notamment en Asie Mineure - subirent la moquerie et une intense pers�cution.

Ajoutant � la d�tresse des chr�tiens, les responsables officiels romains, apr�s la destruction de J�rusalem en l�an 70, cess�rent de consid�rer ceux-ci comme une autre secte de Juifs. La tol�rance religieuse que Rome leur avait jusqu�alors accord�e prit fin.

On se mit � les prendre pour un groupe religieux dangereux et politiquement subversif. Rome vit leurs enseignements d�un royaume et d�un puissant roi � venir comme une menace pour la stabilit� de l�Empire. L�empereur N�ron avait d�j� faussement accus� les chr�tiens d�avoir allum� le grand incendie de Rome. Leur avenir s�annon�ait plut�t mal.

L�ap�tre Jean, emprisonn� sur l��le de Patmos, pr�s des c�tes de l�Asie Mineure, expliqua que lui aussi �tait victime de la pers�cution: � Moi, Jean, [j�] ai part avec vous � la tribulation, au royaume et � la pers�v�rance en J�sus... � (Apocalypse 1:9).

Jean �tait pleinement conscient des pressions qu�ils subissaient. Malgr� tout, il leur rappela leur destination : le Royaume de Dieu. Il mit l�accent sur la patience et sur la foi qu�ils devaient avoir pour endurer l�opposition et les mauvais traitements jusqu�au retour de J�sus, le Messie, qui d�livrera � jamais Ses serviteurs de la pers�cution et leur accordera le salut.

C�est dans ce contexte que J�sus r�v�la � Jean l��poque et la mani�re dont cette pers�cution satanique - d�j� responsable du meurtre de plusieurs serviteurs loyaux et fid�les - serait d�finitivement stopp�e. Il fit remarquer que le c�ur du probl�me remonte au d�but de l�humanit� - au lieu de naissance de cette �re de l�homme, satur�e de p�ch�s et de maux humains.

Le menteur supr�me

Dans le jardin d��den, l�homme fit la connaissance de ce � serpent ancien, appel� le diable et Satan, celui qui s�duit toute la terre � (Apocalypse 12:9; Gen�se 3:1). La tromperie de cet �tre inique a si bien fonctionn� que la plupart des gens ridiculisent l�id�e m�me de l�existence du diable. En revanche, pour les r�dacteurs des Saintes �critures, son existence et son pouvoir �taient r�els et sans �quivoque. Ils le pr�sentent comme l�influence invisible responsable du mal et des souffrances.

L�Apocalypse r�sume l�impact que le diable a - non seulement sur les chr�tiens mais sur toute l�humanit� - depuis l��poque de Jean jusqu�au retour du Christ. Elle r�v�le que le vieux conflit entre les forces du bien et du mal sera r�solu.

Comme nous l�avons vu plus haut, Jean expliqua aux chr�tiens de son temps que le livre de l�Apocalypse comprend � la fois � ce qui est, et ce qui doit arriver ensuite � (Apocalypse 1:19). Ses accomplissements proph�tiques ont d�but� aux jours des ap�tres, et ils se poursuivent aujourd�hui, et au-del�.

Le Jour du Seigneur dans les proph�ties

Les visions de Jean se concentrent essentiellement sur l��poque mentionn�e par les proph�tes de Dieu dans les �critures comme � le jour de l��ternel �, ou � le jour de notre Seigneur J�sus-Christ �, ou, comme nous le lisons ici, dans l�Apocalypse, le � jour du Seigneur � (Apocalypse 1:10, � comparer avec �sa�e 3:6; Jo�l 2:31; Sophonie 1:14; Actes 2:20; 1 Corinthiens 1:8; 2 Thessaloniciens 2:2).

Paul fit allusion � cette �poque proph�tis�e : � Car vous savez bien vous-m�mes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront : Paix et s�ret� ! Alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l�enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n��chapperont point � (1 Thessaloniciens 5:2-3).

Certains supposent que lorsque Jean se servit de l�expression jour du Seigneur , dans Apocalypse 1:10, il faisait allusion � dimanche. Toutefois, le contexte de l�Apocalypse indique clairement que Jean ne parlait pas d�un jour de la semaine mais du Jour proph�tique de l��ternel mentionn� directement ou indirectement dans plus de 50 passages dans l�Ancien et le Nouveau Testaments.

Comme l�explique The Bible Knowledge Commentary , � La r�v�lation de Jean avait pour �poque le jour du Seigneur , lorsqu�il fut saisi par l�Esprit . On a dit que �le jour du Seigneur� s�applique au premier jour de la semaine. Or, l�expression �du Seigneur� est un adjectif, et elle n�est jamais utilis�e dans la Bible pour d�crire le premier jour de la semaine. Sans doute Jean faisait-il allusion au jour de l��ternel, une expression famili�re dans les deux testaments. Il fut projet� en avant, dans une vision, non physiquement mais mentalement, au Jour du Seigneur - dans l�avenir - o� Dieu exercera Son jugement sur la terre � (John Walvoord et Roy Zuck, 1983, 1985, version �lectronique, les mots soulign�s le sont dans l�original).

La supposition erron�e que Jean faisait allusion au premier jour de la semaine n�est pas �tay�e par la Bible. Le seul jour de la semaine, bibliquement parlant, pouvant �tre appel� jour du Seigneur est le sabbat, ou samedi, le dernier jour de la semaine. J�sus Se d�clara �tre le � ma�tre m�me du sabbat � (Marc 2:28). � travers le proph�te �sa�e, Dieu parle aussi du sabbat comme de Son � saint jour � (�sa�e 58:13).

Jean ne parlait pas d�un jour de la semaine mais de l��poque proph�tique repr�sentant le sujet principal de l�Apocalypse. Jean a clairement indiqu� que ce qu�il a �crit est proph�tie (Apocalypse 1:3; 22:7, 10, 18-19). Par cons�quent, Jean ne fait qu�expliquer que saisi par l�Esprit -- dans des visions divinement inspir�es - il fut mentalement transport� au Jour du Seigneur � venir.

Le Jour du Seigneur est d�crit, dans les �critures, comme une �poque d�intervention divine directe dans les affaires humaines. C�est une �poque de Son jugement sur Ses adversaires - sur ceux qui d�fient Sa correction et refusent Ses commandements. J�sus condamna plusieurs villes de la Galil�e qui refusaient d��couter Son message, bien qu�ayant �t� t�moins de Ses miracles : � C�est pourquoi je vous le dis : au jour du jugement , Tyr et Sidon seront trait�es moins rigoureusement que vous � (Matthieu 10:15).

�sa�e a bri�vement r�sum� le Jour de l��ternel : � G�missez, car le jour de l��ternel est proche : Il vient comme un ravage du Tout-Puissant � (�sa�e 13:6).

Qui fait l�objet de cette destruction ? � Voici, le jour de l��ternel arrive, jour cruel, jour de col�re et d�ardente fureur, qui r�duira la terre en solitude, et en exterminera les p�cheurs � (verset 9). Comme l�a expliqu� J�r�mie, � ce jour est au Seigneur, � l��ternel des arm�es; c�est un jour de vengeance, o� il se venge de ses ennemis � (J�r�mie 46:10).

Notez la description faite par le proph�te Sophonie de l��poque de l�intervention divine : � Le grand jour de l��ternel est proche, il est proche, il arrive en toute h�te; le jour de l��ternel fait entendre sa voix, et le h�ros pousse des cris amers. Ce jour est un jour de fureur , un jour de d�tresse et d�angoisse , un jour de ravage et de destruction , un jour de t�n�bres et d�obscurit�, un jour de nu�es et de brouillards, un jour o� retentiront la trompette et les cris de guerre contre les villes fortes et les tours �lev�es.

� Je mettrai les hommes dans la d�tresse, et ils marcheront comme des aveugles, parce qu�ils ont p�ch� contre l��ternel; je r�pandrai leur sang comme de la poussi�re, et leur chair comme de l�ordure � (Sophonie 1:14-17).

Notez la description que fait Jean des �v�nements formidables succ�dant au sixi�me sceau de l�Apocalypse : � ...car le grand jour de sa col�re est venu , et qui peut subsister ? � (Apocalypse 6:17). Imm�diatement avant ceci, les serviteurs martyris�s de Dieu sont repr�sent�s comme criant symboliquement de leurs s�pulcres : � Jusqu�� quand, Ma�tre saint et v�ritable, tarderas-tu � juger et � tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ? � (verset 10). Plus loin dans ce livre de proph�tie, un ange est envoy� avec le message suivant : � Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l�heure de son jugement est venue ... � (Apocalypse 14:6-7).

Par la suite, vers la fin du livre, Jean fournit des d�tails suppl�mentaires du Second Av�nement du Christ : � Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s�appelle Fid�le et V�ritable, et il juge et combat avec justice � (Apocalypse 19:11).

Plusieurs si�cles avant la r�daction de l�Apocalypse par Jean, le proph�te Zacharie d�crivit le retour du Christ : � Voici, le jour de l��ternel arrive... Je rassemblerai toutes les nations pour qu�elles attaquent J�rusalem ... la moiti� de la ville ira en captivit�, mais le reste du peuple ne sera pas extermin� de la ville.

� L��ternel [J�sus, le Messie proph�tis�] para�tra, et il combattra ces nations, comme il combat au jour de la bataille. Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne des Oliviers, qui est vis-�-vis de J�rusalem, du c�t� de l�orient; la montagne des Oliviers se fendra par le 6 L'Apocalypse d�voil�e milieu, � l�orient et � l�occident, et il se formera une tr�s grande vall�e : une moiti� de la montagne reculera vers le septentrion, et une moiti� vers le midi � (Zacharie 14:1-4). � la fin de cette bataille, � l��ternel sera roi de toute la terre � (verset 9).

D�apr�s ces passages, la port�e majeure de l�Apocalypse devient claire. Ce livre d�crit, en symboles imag�s, le jugement de Dieu dans les derniers jours - lors du retour du Christ, et imm�diatement avant Son retour. Il supervisera la destruction finale du syst�me satanique appel� dans ce livre � Babylone la grande �.

La vraie question est de savoir qui nous allons adorer

Au c�ur du conflit du temps de la fin se situe une question cruciale : Qui l�humanit� va-t-elle adorer ? Satan, ou Dieu ? Notez l�orientation religieuse de la majorit� des �tres humains : � Et ils ador�rent le dragon , parce qu�il avait donn� l�autorit� � la b�te; ils ador�rent la b�te , en disant : Qui est semblable � la b�te, et qui peut combattre contre elle ? � (Apocalypse 13:4).

Quelle ampleur ce culte idol�tre aura-til ? � Et tous les habitants de la terre l�adoreront , ceux dont le nom n�a pas �t� �crit dans le livre de vie... � (verset 8). M�me � pr�sent, quasiment tout le monde est involontairement � sous la puissance du malin � (1 Jean 5:19) - � le grand dragon, le serpent ancien, appel� le diable et Satan, celui qui s�duit toute la terre � (Apocalypse 12:9). Le contr�le direct que Satan exerce sur l�humanit� s�intensifiera de fa�on dramatique au temps de la fin.

Cela ne veut pas dire que l�humanit� n�aura pas �t� avertie. Jean d�crit sa vision d�un ange qui � avait un �vangile �ternel, pour l�annoncer aux habitants de la terre, � toute nation, � toute tribu, � toute langue, et � tout peuple. Il disait d�une voix forte : Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l�heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, la terre ... � (Apocalypse 14:6-7).

Dieu envoie, par l�Apocalypse, un message sans �quivoque : l�heure vient o� Il ne tol�rera plus que l�humanit� Le rejette pour adorer le diable. Le syst�me d�adoration idol�tre de Satan doit dispara�tre de la face de la terre avant que Christ ne d�bute Son r�gne en tant que Roi des rois.

Les supplications du peuple de Dieu sont entendues

Le temple de J�rusalem �tait le centre d�adoration de Dieu pour l�ancien Isra�l. La pr�sence divine s�y manifestait (2 Chroniques 5:13-14).

Dans le livre de l�Apocalypse, Dieu est souvent repr�sent� comme si�geant dans un temple c�leste, sur Son tr�ne (repr�sent� jadis par le propitiatoire au-dessus de l�arche de l�alliance dans la partie la plus sacr�e du temple terrestre). Tandis qu�il observe plusieurs anges d�versant les derniers ch�timents mentionn�s dans le livre, l�ap�tre Jean remarque ce qui suit : � Et il sortit du temple , du tr�ne , une voix forte qui disait : C�en est fait ! � (Apocalypse 16:17).

� un autre moment, un ange dit � Jean : � L�ve-toi, et mesure le temple de Dieu, l�autel , et ceux qui y adorent � (Apocalypse 11:1). � l�int�rieur du temple, Dieu est d�crit comme recevant les pri�res de Ses serviteurs. � Et un autre ange vint, et il se tint sur l�autel, ayant un encensoir d�or; on lui donna beaucoup de parfums, afin qu�il les offre, avec les pri�res de tous les saints, sur l�autel d�or qui est devant le tr�ne � (Apocalypse 8:3).

Quelle pri�re entend-Il � maintes reprises, de Ses vrais serviteurs ? � Ils cri�rent d�une voix forte, en disant : Jusqu�� quand, Ma�tre saint et v�ritable, tarderas-tu � juger, et � tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre ? � (Apocalypse 6:10). L�Apocalypse r�v�le les circonstances dans lesquelles les vrais adorateurs de Dieu verront tout compte fait leurs pri�res pour la justice pleinement exauc�es.

Jean cite J�sus promettant � Ses serviteurs : � Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu... j��crirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle J�rusalem ... � (Apocalypse 3:12). La situation finira par changer. Les fid�les serviteurs de Dieu seront tout compte fait les vainqueurs. L��ternel les r�compensera largement pour leur patience et leur endurance � avoir attendu qu�Il accomplisse Ses promesses et exauce leurs pri�res.

Lorsque Dieu intervient dans les affaires humaines et rend Sa toute puissance visible aux yeux des nations, Ses vrais adorateurs sont d�crits dans l�Apocalypse comme chantant joyeusement : � Tes �uvres sont grandes et admirables, Seigneur, Dieu tout-puissant ! Tes voies sont justes et v�ritables, roi des nations �] ! Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom? Car seul tu es saint. Et toutes les nations viendront, et t�adoreront , parce que tes jugements ont �t� manifest�s " (Apocalypse 15:3-4).

Le chiffre 7, dans l�Apocalypse

Une autre caract�ristique notoire de l�Apocalypse est son organisation sur un mod�le de plusieurs groupes de sept. Le premier chapitre � lui seul mentionne 7 �glises, 7 chandeliers d�or, 7 esprits, 7 �toiles, et 7 anges.

Les principaux �v�nements du livre sont organis�s sous 7 sceaux, 7 trompettes, 7 tonnerres, et 7 coupes contenant les 7 derniers fl�aux. On y trouve en outre 7 lampes, et un Agneau avec 7 cornes et 7 yeux.

Puis il y est question d�un dragon dominant une b�te ayant 7 t�tes et dix cornes. Sept montagnes et 7 rois sont associ�s aux t�tes de la b�te. Qu�est-ce que les messages �voqu�s par l�utilisation r�p�t�e du nombre sept ont en commun ?

Dans la Bible, le chiffre sept refl�te l�id�e d� ach�vement total . Par exemple, la semaine compl�te comprend 7 jours. Dieu introduisit ce concept imm�diatement apr�s avoir achev� la cr�ation de nos premiers parents : � Dieu acheva au septi�me jour son �uvre, qu�il avait faite; et il se reposa au septi�me jour de toute son �uvre, qu�il avait faite. Dieu b�nit le septi�me jour, et il le sanctifia, parce qu�en ce jour il se reposa de toute son �uvre qu�il avait cr��e en la faisant � (Genèse 2:2-3).

L�Apocalypse explique comment Dieu va achever Son plan magistral. Elle fournit un sch�ma sur lequel la partie proph�tique de ce plan est r�alis�e, surtout dans les dernier jours.

La repr�sentation d�ach�vement rev�t aussi de l�importance lorsqu�il s�agit de comprendre le message transmis aux 7 �glises, aux chapitres 1-3. Lorsqu�on compare ces expressions symboliques de l�Apocalypse aux illustrations des autres parties de la Bible, un tableau pr�cis appara�t.

Dans l�Apocalypse, Dieu r�v�le � Ses serviteurs une vue d�ensemble d�taill�e des facteurs les plus significatifs devant affecter leurs vies - y compris les �preuves et les r�compenses - jusqu�� ce que Son plan pour l�humanit� soit achev�. Les chapitres de conclusion (21-22) vont jusqu�� fournir aux justes un bref aper�u de la nature de leurs rapports avec Dieu et entre eux pour l��ternit�. Dieu souligne l�ampleur et le plein ach�vement de ce sch�ma proph�tique r�v�l� en pr�sentant ses aspects majeurs en mod�les de sept.

Bien que les patrons bibliques de 7 soient symboliques en ce sens qu�ils repr�sentent l�ach�vement, ils ont g�n�ralement aussi un accomplissement r�el, litt�ral. Par exemple, Dieu donna � un pharaon de l�ancienne �gypte un songe dans lequel 7 Plusieurs clefs pour comprendre l'Apocalypse 7 vaches maigres mangent 7 vaches grasses. Puis Dieu fait en sorte que Joseph explique au pharaon le songe qu�il a eu; 7 ann�es de r�coltes spectaculaires vont �tre suivies de 7 ann�es de famine intense.

En r�v�lant cette information � Pharaon dans un songe, Dieu l�inspire � affecter Joseph � un poste �lev� pour qu�il puisse jouer un r�le important en �gypte. Le patriarche est de ce fait en mesure d�abriter et de nourrir la famille de son p�re - un petit clan destin� � devenir la nation d�Isra�l - durant les ann�es terribles de famine. Dieu est ma�tre du songe, et de son issue.

Le r�le des saints

Lorsque Jean �crivit l�Apocalypse, les chr�tiens �taient pers�cut�s, voire martyris�s, avec l�assentiment des empereurs romains. L�Apocalypse �tablit fr�quemment le contraste entre l�injustice de cette �re et le r�le gouverneur � venir tant du Messie que des saints.

C�est l� un autre aspect important de ce livre. L�identit� de ceux qui - � l�avenir -- auront le contr�le du monde constitue l�un des traits majeurs de ses proph�ties.

Au retour du Christ, nous apprenons : � Heureux et saints ceux qui ont part � la premi�re r�surrection ! La seconde mort n�a point de pouvoir sur eux; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils r�gneront avec lui pendant mille ans � (Apocalypse 20:6). Au dernier chapitre, nous lisons que les fid�les serviteurs de Dieu, qui seront ressuscit�s � la vie �ternelle, � r�gneront aux si�cles des si�cles � (Apocalypse 22:5).

Ce qui est aussi significatif, c�est l�emplacement o� ils commenceront � assister J�sus dans leurs r�les gouverneurs : � Tu as fait d�eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils r�gneront sur la terre � (Apocalypse 5:10).

M�me au tout d�but de l�Apocalypse, Jean parle de � J�sus-Christ, le t�moin fid�le, le premier-n� des morts, et le prince des rois de la terre � (Apocalypse 1:5). Puis Jean dit aux chr�tiens que J�sus � a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu Son P�re, � lui soient la gloire et la puissance, aux si�cles des si�cles ! � (verset 6).

Les serviteurs de Dieu, qui endurent fid�lement les �preuves et les pers�cutions - pr�sentes et pass�es - recevrontils une autorit� r�elle dans le Royaume de Dieu, sous Christ ? Assur�ment oui ! Comme l�ap�tre Paul le rappela aux chr�tiens de Corinthe : � Ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde ? � (1 Corinthiens 6:2).

Notez ce que Christ r�v�la � Jean : � Et je vis des tr�nes; et � ceux qui s�y assirent, fut donn� le pouvoir de juger . Et je vis les �mes de ceux qui avaient �t� d�capit�s � cause du t�moignage de J�sus et � cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n�avaient pas ador� la b�te ni son image, et qui n�avaient pas re�u la marque sur leur front ni sur leur main. Ils revinrent � la vie, et ils r�gn�rent avec Christ pendant mille ans � (Apocalypse 20:4).

Cela fait partie de l�avenir formidable que J�sus-Christ a pr�vu pour Ses fid�les disciples - vivre et r�gner avec Lui pour l��ternit� ! � pr�sent, apprenons ce qui, d�apr�s les proph�ties, devait advenir aux vrais disciples du Christ � travers les si�cles, jusqu�� Son retour.

© 1995-2022 United Church of God—Canada et l'Église de Dieu Unie, association internationale
Toute reproduction, partielle ou totale, sans permission, est interdite. Pour toute correspondance et toute question, s’adresser à info@pourlavenir.ca.

To Top