Perspectives pour un monde meilleur
Menu
L'Apocalypse d�voil�e

L'autorité divine du livre de l'Apocalypse

Au il des années, les critiques ont contesté l’inspiration de l’Apocalypse, du fait que son style littéraire est similaire à un groupe d’écrits controversés connu sous le nom d’écrits apocalyptiques.

Au fil des années, les critiques ont contesté l’inspiration de l’Apocalypse, du fait que son style littéraire est similaire à un groupe d’écrits controversés connu sous le nom d’écrits apocalyptiques. Ce genre d’écrits était courant immédiatement avant l’ère apostolique, et pendant celle-ci. Des auteurs bien intentionnés, inquiets des conditions de l’époque (200 av. J.-C - 100 apr. J.-C.), se servirent de cette manière dramatique d’écrire pour exprimer leurs idées sur la manière dont le conflit ancestral entre le bien et le mal serait enfin résolu.

Les auteurs apocalyptiques emprun taient fréquemment certains symboles et certaines descriptions des prophètes de l’Ancien Testament. Mais dans un trop grand nombre de cas, ils développaient et embellissaient les tableaux bibliques pour qu’ils se conforment à leurs propres fantasmes. Dans l’espoir de donner à leurs théories une autorité et un poids accrus, ils attribuèrent faussement leurs écrits à des prophètes notoires et à des personnages du passé. En utilisant des pseudonymes trompeurs, ces auteurs firent croire que leurs écrits avaient été rédigés par des prophètes très connus des temps anciens, tout en voilant leurs véritables identités.

De ce fait, on considère généralement les écrits littéraires dits apocalyptiques comme frauduleux et ne pouvant se réclamer d’avoir été écrits sous inspiration divine. Malheureusement, trop d’érudits et de critiques placent l’Apocalypse de la Bible dans la même catégorie. Ils ne se rendent pas compte que le livre de l’Apocalypse représente une catégorie en elle-même. Son symbolisme dramatique provient de l’Auteur divin de tous les autres livres de la Bible, et non de l’imagination de l’apôtre Jean. Ce dernier se contenta d’enregistrer ce que Jésus-Christ lui révéla.

Les écrits de Jean sont du même genre que les prophéties de l’Ancien Testament. Jean est un fidèle disciple de Jésus. Il précise avoir reçu ses visions prophétiques directement du Christ, ce qui en fait un Prophète en Son rang. Contrairement aux écrits apocalyptiques de l’époque, qui se cachent derrière des pseudonymes trompeurs, Jean s’identifie ouvertement et explique, en détail, la manière dont il a reçu les visions et les messages compris dans l’Apocalypse.

La vision de Jean du trône de Dieu

Aux chapitres 4 et 5, Jean décrit comment il est transporté au ciel, au trône même de Dieu, dans une vision. Là, il y voit Dieu le Père tenant un rouleau de parchemin contenant le message prophétique qu’Il veut transmettre à Son peuple - l’É­glise de Dieu.

Jean est invité à se présenter devant l’É­ternel, et une voix lui dit: « Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite » (Apocalypse 4:1). Dans les chapitres 1 à 3, Jean écrit des révélations essentiellement sur « ce qui est » (Apocalypse 1:19) - sur des conditions qui mettent l’Église en danger, à l’époque, et par la suite. Mais après cela, Jean commence à avoir des visions sur « ce qui doit arriver ensuite » -- des prophéties sur l’avenir.

Toutefois, avant de relater ces prophé­ties à ses lecteurs, Jean commence par établir la source et l’authenticité de ses visions : « Aussitôt, je fus saisi par l’Esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu’un était assis » (Apocalypse 4:2). Puis il décrit, frappé d’admiration, comment il a été transporté, dans une vision, au trône de Dieu, pour assister à une cérémonie.

Ésaïe, Ézéchiel et Daniel ont eu des expériences similaires. Ils ont eu des visions dans lesquelles Dieu leur est apparu sur Son trône. Ésaïe a écrit : « l’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple » (Ésaïe 6:1). Notez la réaction du prophète :

« Alors je dis : Malheur à moi ! Je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Éternel des armées. Mais l’un des séraphins vola vers moi, tenant à la main une pierre ardente, qu’il avait prise sur l’autel avec des pincettes. Il en toucha ma bouche, et dit : Ceci a touché tes lèvres; ton iniquité est enlevée, et ton péché est expié.

« J’entendis la voix du Seigneur, disant : Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ? Je répondis : Me voici, envoie-moi. Il dit alors : Va, et dis à ce peuple… » (ver-sets 5-8; à comparer avec Ézéchiel 1:26-28; Ézéchiel 2:1-5; Ézéchiel 10:1, 4; Daniel 7:9-10, 13-14).

Dieu S’identifie ici en tant que l’Auteur des prophéties enregistrées par ces hommes. Leurs visions viennent directement de Son trône ! Elles détiennent Sa divine autorité.

La source des visions de Jean

L’Apocalypse détient la même autorité. Dieu a bien pris soin de révéler à Jean la Source de ses visions prophétiques. Dieu veut que nous comprenions - nous et Jean - que Lui, le Souverain suprême de l’univers, révèle personnellement le contenu du livre de l’Apocalypse.

Jean voit le trône de Dieu entouré de témoins célestes. Au cours de la cérémonie qui s’ensuit, les anciens se prosternent devant le Créateur Dieu, et L’adorent, puis ils chantent ces paroles : « Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance; car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées » (Apocalypse 4:11).

Veuillez noter ce que Jean voit ensuite : « Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit en dedans et en dehors, scellé de sept sceaux » (Apocalypse 5:1). Voilà donc l’Auteur du livre de l’Apocalypse, le Souverain Suprême de l’univers ! Il tient dans Sa main droite les prophéties du livre de l’Apocalypse, scellées et illisibles.

Mais la scène change rapidement. Christ est autorisé à rompre les sceaux et à révéler le contenu du parchemin : « Et l’un des vieillards me dit [à moi, Jean] : Ne pleure point; voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux » (Apocalypse 5:5). Les versets 6 et 7 décrivent maintenant Jésus -- l’Agneau immolé pour nos péchés - prenant le rouleau des mains de Son Père. L’assemblée s’agenouille alors devant Christ, tous « tenant chacun… des coupes d’or [symboliques] remplies de parfums, qui sont les prières des saints » (verset 8).

Le message s’explique. Le parchemin, maintenant entre les mains de Christ, contient la réponse aux prières continuelles du peuple de Dieu réclamant que justice soit faite, ainsi que la délivrance et l’établissement du Royaume de Dieu sur terre (Matthieu 6:33).

Notez la réaction de l’assemblée : « Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé, et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre » (Apocalypse 5:9-10).

Voici le point central des prophéties de l’Apocalypse. Elles expliquent quand et comment notre Dieu fidèle tirera vengeance des ennemis des appelés, des élus, et de Ses fidèles serviteurs. Elles expliquent Ses jugements sur tous ceux qui font le mal, et la victoire qu’Il remportera sur eux. Elles expliquent la récompense que le Fils de Dieu, le Messie, remettra à Ses fidèles, à Ses saints.

Examinons à présent le contenu de ces prophéties.

© 1995-2022 United Church of God—Canada et l'Église de Dieu Unie, association internationale
Toute reproduction, partielle ou totale, sans permission, est interdite. Pour toute correspondance et toute question, s’adresser à info@pourlavenir.ca.

To Top