Perspectives pour un monde meilleur
Menu
Voici l'Église de Dieu Unie

Quelles étaient les croyances et les pratiques de l’Église primitive ?

Le livre des Actes énumère les récits de témoins oculaires de l’Église primitive. Nous vous encourageons à suivre l’exemple des Béréens (Actes 17:11) et à vérifier dans votre Bible pour voir si les croyances populaires d’aujourd’hui sont en accord avec ce que Jésus et Ses apôtres pratiquèrent et enseignèrent.

Le livre des Actes énumère les récits de témoins oculaires de l’Église primitive depuis la résurrection du Christ jusqu’à environ l’année 60 après Jésus-Christ. Le chapitre 2 relate les débuts de l’Église.

Cet évènement crucial commença lorsque la pièce dans laquelle les apôtres et les autres disciples étaient rassemblés fut tout à coup remplie du bruit d’un vent puissant et « de langues de feu », qui semblaient s’abattre sur eux.

Ils sortirent et, presque aussitôt se mirent à parler à la foule réunie à Jérusalem parce que ces événements se produisirent lors de la Fête biblique de la Pentecôte. Miraculeusement, la prédication des apôtres était devenue compréhensible à tous les gens issus de nombreux pays de telle sorte que tous comprirent leurs paroles dans leur propre langue. La signification de ces événements survenus le jour de la Pentecôte est souvent négligée (Actes 2:1). Elle représente l’une des fêtes que Dieu commanda à Son peuple il y a de nombreux siècles auparavant (Lévitique 23). En révélant ces fêtes, Dieu dit, « Voici les fêtes de l’Éternel, les saintes convocations. . . » (versets 2, 4). Alors Dieu les proclama comme étant une « loi perpétuelle » (versets 14, 21, 31, 41). Les Évangiles montrent que Jésus observait ces mêmes fêtes (Matthieu 26:17-19 ; Jean 7:10-14, 37-38). Le livre des Actes et les épîtres de Paul montrent que les apôtres observaient ces fêtes bien après la crucifixion du Christ (Actes 2:1-4 ; 18:21 ; 20:6, 16 ; 27:9). C’est l’exemple qu’ils nous ont donné.

Aujourd’hui, cependant, la plupart des églises enseignent que ces fêtes sont en quelque sorte annulées par la mort du Christ. Pourtant, il est irréfutable dans la Bible que l’Église primitive continuait à les observer longtemps après Sa mort, mais avec une plus grande compréhension de leur signification spirituelle.

Parlant de l’une de ces fêtes données par Dieu, l’apôtre Paul exhorta la congrégation de l’Église de Corinthe – constituée de croyants gentils et de juifs – et leur dit : « Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. » (1 Corinthiens 5:8)

Paul se référait de toute évidence au maintien de la Fête biblique des Pains sans Levain (voir Lévitique 23:6 ; Deutéronome 16:16).

Paul, de la même façon, expliqua la signification chrétienne de la Pâque biblique (1 Corinthiens 5:7, Lévitique 23:5) et donna les instructions pour l’observer correctement au sein de l’Église (1 Corinthiens 11:23-28).

De tels passages amènent une question évidente : Étant donné que Jésus, les apôtres et l’Église primitive ont observé ces jours, pourquoi alors les églises n’enseignent- elles pas leur observance, aujourd’hui ? Après tout, Paul relia directement ces fêtes à Jésus, à Son objectif et à Son sacrifice pour l’humanité (1 Corinthiens 5:7).

Les livres des Évangiles et les Actes reportent très clairement que le Christ, les disciples et l’Église primitive observèrent le sabbat hebdomadaire, le septième jour de la semaine en tant que leur jour de repos et de culte (Marc 6:2 ; Luc 4:16, 31-32 ; 13:10 ; Actes 13:14-44 ; 18:4). Jésus avait pour habitude de se rendre à la synagogue le jour de sabbat pour adorer Dieu (Luc 4:16). Contrairement à l’enseignement de ceux qui disent que Paul abandonna le Sabbat, il avait aussi l’habitude de se rendre à la synagogue chaque sabbat (Actes 17:1-3). Il profitait de cette occasion ordonnée par Dieu pour enseigner les gens au sujet de Jésus en tant que Sauveur et Messie.

Bien sûr, la plupart des gens et des églises ignorent le sabbat biblique du septième jour. Mais pourquoi ? Devrions-nous observer un jour de repos hebdomadaire et honorer Dieu comme Il le demande (Exode 20:8-11 ; Deutéronome 5:12-15), et devraitil être le même jour que Jésus et Ses apôtres observaient ?

Un examen plus attentif des Écritures révèle de nombreuses autres différences entre les enseignements et les pratiques de Jésus et de Ses apôtres et ce qui est communément enseigné. Par exemple, la croyance prônant que l’obéissance à la loi de Dieu n’est pas nécessaire est directement contraire aux paroles mêmes de Jésus (Matthieu 4:4 ; 5:17- 19), aux enseignements et aux exemples de Ses apôtres (Actes 24:14 ; 25:8 ; Romains 7:12, 22 ; 1 Corinthiens 7:19 ; 2 Timothée 3:15-17).

Jésus et les apôtres n’ont jamais enseigné que les justes montent au ciel à leur mort (Jean 3:13 ; Actes 2:29, 34), car ils comprenaient que l’Homme ne possède pas une âme immortelle lui permettant de passer l’éternité soit au ciel soit en enfer (Ezéchiel 18:4, 20 ; Matthieu 10:28). Ils suivirent plutôt les premières Écritures se référant à la mort comme étant un état de sommeil inconscient dans lequel les morts attendent une résurrection future (cf. Ecclésiaste 9:5, 10 ; Daniel 12:2-3 ; Jean 11:11-14 ; 1 Corinthiens 11:30 ; 15:6, 51 ; 1 Thessaloniciens 4:14-17).

Nulle part dans la Bible ne se trouve mentionné, ne serait-ce qu’un soupçon d’approbation pour l’observance des jours de fêtes populaires religieuses telles que Noël et les Pâques.

Bien que le mot grec pascha ait été une seule fois traduit de façon incorrecte par le mot « Easter » en anglais et « les Pâques » en français (Actes 12:4, LSG) – et cela dans une seule traduction de la Bible – il s’agit d’une erreur de traduction flagrante. Pascha signifie toujours « la Pâque », jamais les Pâques ! (Easter en anglais).

Au lieu d’approuver de telles célébrations enracinées dans le paganisme, Dieu les condamna, même lorsque celles-ci sont utilisées dans le but de L’adorer (comparer Deutéronome 12:29- 32 à 1 Corinthiens 10:19-21). Voici quelques-unes des principales différences entre le christianisme de Jésus et des apôtres et le christianisme couramment pratiqué aujourd’hui.

Mais ne prenez pas notre parole pour acquise. Nous vous encourageons à suivre l’exemple des Béréens (Actes 17:11) et à vérifier dans votre Bible pour voir si les croyances populaires d’aujourd’hui sont en accord avec ce que Jésus et Ses apôtres pratiquèrent et enseignèrent.

(Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à demander nos brochures gratuites « L’Église que Jésus a fondée », « Les Fêtes divines », « Le repos du sabbat de Dieu », et « Qu’arrive-t-il après la mort ? ».

© 1995-2020 United Church of God—Canada et l'Église de Dieu Unie, association internationale
Toute reproduction, partielle ou totale, sans permission, est interdite. Pour toute correspondance et toute question, s’adresser à info@pourlavenir.ca.

To Top